rss
twitter
    Find out what I'm doing, Tabbe3ni :p :)

20/04/2012

L' #islam radical, une forme de vengeance

Les mouvements radicaux se basent sur l’exclusion. Ceux qui y adhèrent peuvent aller jusqu’à vouloir éliminer toute personne qui a une affiliation ethnique ou religieuse différente.
Après leur indépendance, les pays musulmans ont connu l’émergence de mouvements radicaux. L’un de ces mouvements- L’islam radical, se présente comme étant une idéologie basée sur le concept de la pureté initiale.
En réalité, les islamistes radicaux, tout comme les membres des autres mouvements radicaux, sont prêt à attaquer toute personne jugée différente d’eux. Hitler est une référence historique claire à ce sujet.
Il convient également de souligner que les radicaux appartiennent aux classes populaires, dont le niveau éducatif et culturel est faible.
En Tunisie, surtout durant cette dernière décennie, l’accès à l’éducation de bonne qualité était limitée aux riches. Les mauvais choix en matière d’éducation ont résulté en l’émergence d’un grand nombre de personnes marginalisées.
Les statistiques en Tunisie sont terrifiantes. Un Tunisien lit en moyenne une demi-page par an. Un grand nombre de Tunisiens n’ont jamais ouvert un livre de leur vie. L’éducation est passée de la stimulation de la réflexion et de la critique, à l’encouragement de l’endoctrinement et de l’apprentissage passif.
Et l’idéologie radicale à plus de chance de gagner du terrain parmi les personnes qui ne peuvent pas réfléchir.
Cette paresse intellectuelle et ce manque de critique, ces individus trouvent dans le radicalisme l’occasion de se venger contre la marginalisation. Les partisans de l’idéologie obtiennent la reconnaissance qu’ils ne pourraient pas obtenir autrement.
Le radicalisme islamique peut être perçu comme une manière de parler au nom d’Allah le Tout-Puissant sur terre. Les radicaux ne voient pas la dimension spirituelle de leur idéologie la rendant une forme d’idolâtrie. Avec cette représentation imaginaire du sacré, les radicaux peuvent faire taire tout le monde, attaquer les gens et considérer cela comme une récompense et une fierté.
Ils qualifient les intellectuels d’ignorants et des renégats alors que ce sont les radicaux qui ont des lacunes culturelles.
La solution est de les rassurer et de les réintégrer progressivement dans la société. Cela ne sera pas réalisé en quelques jours ou mois.
Il faudra des années pour réhabiliter notre pays sur les niveaux éducatif et culturel, et pour se concentrer sur la dimension spirituelle de l’islam, et ignorer son interprétation extrémiste et radicale.

@OlfaYoussef

4 commentaires:

kais a dit…

On se rapproche de la bonne analyse en parlant de vengeance. Cependant, vous vous trompez catégoriquement des raisons de cette vengeance. Bien que ces raisons soient valables pour des individus, elles ne sont pas acceptables pour la masse de l'islam radical.
Si les statistiques parlent d'une demi page lue par an pour les tunisiens, cela ne représente certainement pas ces gens qui lisent en moyenne 24 pages de Coran par jour à moins que vous doutez de la richesse du Coran et son effet sur l'ouverture d'esprit.
Ces gens veulent certainement se venger, mais pas pour les raisons que vous avez avancé. Les gens ont subi une souffrance inimaginable pour leurs idées sous les regards et le mutisme de tous ceux que vous appelez aujourd'hui des hommes de culture ou hommes libres. Ces gens étaient moqués et on les a enfoncés dans leur souffrance par une large catégorie du peuple tunisiens. Et on continue malheureusement à les marginaliser. Je ne pense pas pourquoi on continue à parler d'eux à leurs places. Si ces gens sont inférieures intellectuellement à vous, pour vous ne vous offrez pas l'occasion de les convaincre en débattant avec eux. On continue à les ignorer que ce soit dans les médias que dans la société civile. Cela est malheureusement annonciateur de beaucoup de mauvaises choses.
Nous savons que vous représentez une façon de penser des musulmans tunisiens. Eux aussi en représente une et une pas moins importante.
Alors je vous incite à ouvrir des débats avec eux à fin de mesurer leur niveau intellectuel.
Et j'incite ces gens à faire aussi des pas vers le dialogue car, si je ne me trompe pas, leur but est de sauver les gens de l'enfer et cela se fait que par la prêche et la prêche = dialogue + dou3aa + comportement.

kais a dit…

Avec beaucoup de modestie, je vous dis que votre analyse n'est valable à mon avis que pour des individus mais pas pour la masse. Le fait de parler de vengeance est exact. Mais il y a d'autres raisons plus visibles que celles que vous avancez pour une telle vengeance. Rappelez vous que ces gens ont subi une oppression sans précédent dans les dernières décennies pour leurs idées (bien qu'elles soient clairement pacifiques dans la majorité des cas) et parfois uniquement pour leur aspect extérieur. Cette souffrance qu'ils ont subie était sous les regards des hommes que vous appelez cultivés et que d'autres appellent libres et aussi sous le mutisme de toutes les plumes tunisiennes. Ces gens qui étaient moqués et parfois insultés par un bon nombre de tunisiens ont le droit de se sentir aujourd'hui qu'ils étaient trahis et délaissés et non plus la confiance aux hommes et femmes "libres" et pour certains essayent de se venger.
Je suis désolais également de constater qu'on continue aujourd'hui à les ignorer et à les marginaliser que ce soit dans les médias ou dans la société civile. et son article en est une preuve formelle. Pourquoi ne pas dire que leurs idées sont idéologiquement fiables. Si vous considérez qu'ils sont intellectuellement faibles, pourquoi ne pas les inviter à exposer eux-mêmes leurs idées et laisser le peuple les mesurer. Pourquoi ne pas arrêter de parler à leurs noms avec des analyses externes qui me rappellent les -soit disant- spécialistes de l'islam occidentaux.
Vous représentez une façon de penser de bons nombre de tunisiens musulmans. Eux aussi en représentent un bon nombre.
Je vous invite à accepter le dialogue avec eux et je les appelle également à faire des pas vers le dialogue. Car, si je ne me trompe pas, leur but n'est pas de juger les gens mais de les ramener à leur réussite et à la satisfaction d'Ahhah, c à d les prêcher. Il ne faut pas qu'on oubli les uns et les autres que la prêche = dialogue + dou3aa + comprtement.
Qu'Allah protège la Tunisie.

kais a dit…

Avec beaucoup de modestie, je vous dis que votre analyse n'est valable à mon avis que pour des individus mais pas pour la masse. Le fait de parler de vengeance est exact. Mais il y a d'autres raisons plus visibles que celles que vous avancez pour une telle vengeance. Rappelez vous que ces gens ont subi une oppression sans précédent dans les dernières décennies pour leurs idées (bien qu'elles soient clairement pacifiques dans la majorité des cas) et parfois uniquement pour leur aspect extérieur. Cette souffrance qu'ils ont subie était sous les regards des hommes que vous appelez cultivés et que d'autres appellent libres et aussi sous le mutisme de toutes les plumes tunisiennes. Ces gens qui étaient moqués et parfois insultés par un bon nombre de tunisiens ont le droit de se sentir aujourd'hui qu'ils étaient trahis et délaissés et non plus la confiance aux hommes et femmes "libres" et pour certains essayent de se venger.
Je suis désolais également de constater qu'on continue aujourd'hui à les ignorer et à les marginaliser que ce soit dans les médias ou dans la société civile. et son article en est une preuve formelle. Pourquoi ne pas dire que leurs idées sont idéologiquement fiables. Si vous considérez qu'ils sont intellectuellement faibles, pourquoi ne pas les inviter à exposer eux-mêmes leurs idées et laisser le peuple les mesurer. Pourquoi ne pas arrêter de parler à leurs noms avec des analyses externes qui me rappellent les -soit disant- spécialistes de l'islam occidentaux.
Vous représentez une façon de penser de bons nombre de tunisiens musulmans. Eux aussi en représentent un bon nombre.
Je vous invite à accepter le dialogue avec eux et je les appelle également à faire des pas vers le dialogue. Car, si je ne me trompe pas, leur but n'est pas de juger les gens mais de les ramener à leur réussite et à la satisfaction d'Allah, c à d les prêcher. Il ne faut pas qu'on oubli les uns et les autres que la prêche = dialogue + dou3aa + comportement.
Qu'Allah protège la Tunisie.

kais a dit…

Avec beaucoup de modestie, je vous dis que votre analyse n'est valable à mon avis que pour des individus mais pas pour la masse. Le fait de parler de vengeance est exact. Mais il y a d'autres raisons plus visibles que celles que vous avancez pour une telle vengeance. Rappelez vous que ces gens ont subi une oppression sans précédent dans les dernières décennies pour leurs idées (bien qu'elles soient clairement pacifiques dans la majorité des cas) et parfois uniquement pour leur aspect extérieur. Cette souffrance qu'ils ont subie était sous les regards des hommes que vous appelez cultivés et que d'autres appellent libres et aussi sous le mutisme de toutes les plumes tunisiennes. Ces gens qui étaient moqués et parfois insultés par un bon nombre de tunisiens ont le droit de se sentir aujourd'hui qu'ils étaient trahis et délaissés et n'ont plus la confiance aux hommes et femmes "libres" et pour certains essayent de se venger.
Je suis désolais également de constater qu'on continue aujourd'hui à les ignorer et à les marginaliser que ce soit dans les médias ou dans la société civile. et votre article en est une preuve formelle. Pourquoi ne pas dire que leurs idées sont idéologiquement fiables. Si vous considérez qu'ils sont intellectuellement faibles, pourquoi ne pas les inviter à exposer eux-mêmes leurs idées et laisser le peuple les mesurer. Pourquoi ne pas arrêter de parler à leurs noms avec des analyses externes qui me rappellent les -soit disant- spécialistes de l'islam occidentaux.
Vous représentez une façon de penser de bons nombre de tunisiens musulmans. Eux aussi en représentent un bon nombre.
Je vous invite à accepter le dialogue avec eux et je les appelle également à faire des pas vers le dialogue. Car, si je ne me trompe pas, leur but n'est pas de juger les gens mais de les ramener à leur réussite et à la satisfaction d'Allah, c à d les prêcher. Il ne faut pas qu'on oubli les uns et les autres que la prêche = dialogue + dou3aa + comportement.
Qu'Allah protège la Tunisie.